30 mai 2022

« Quels projets pour la France ? L’élection présidentielle : un mois après »

De nombreux changements ont marqué le paysage politique depuis l’élection présidentielle d’avril dernier : Emmanuel Macron a été réélu au poste de président de la République ; Elisabeth Borne, ancienne ministre du Travail, a été nommée première ministre (seconde femme dans l’Histoire à occuper ces fonctions) ; et un nouveau gouvernement a pris ses quartiers.
Quelles sont les priorités du Président Macron concernant les trois secteurs stratégiques que constituent la défense, l’énergie et l’agroalimentaire ? Les élections législatives de juin 2022 laissent-elles présager des chamboulements au nouvel ordre établi ?

De l’incertitude à la continuité

Le 19 avril 2022, peu avant le second tour, Hague a organisé un débat sur l’élection présidentielle française. Il s’agissait de décortiquer les enjeux de ce moment emblématique dans la vie des Français. 

Au gré des débats, nous avons cependant constaté, sans grande surprise, que la prudence était de mise et que nos experts partageaient l’incertitude qui dominait alors les médias et la société française. 
Outre les convictions personnelles de chacun, d’aucuns se serait hasardé à prédire l’issue d’un vote voyant s’affronter deux candidats diamétralement opposés : d’une part, le président sortant, Emmanuel Macron (La République en Marche) ; de l’autre, la dirigeante d’extrême droite, Marine Le Pen (Rassemblement national).

Les deux protagonistes se connaissaient déjà très bien, leur premier grand débat face-à-face s’étant déroulé cinq ans plus tôt, lors d’une élection présidentielle identique. Identique ? Pas tout à fait. Le contexte avait changé. Du fait de la vulgarisation des idées d’extrême droite, Marine Le Pen n’a jamais semblé plus éligible et sur le point de s’emparer du pouvoir que cette année-ci. Il y avait donc lieu de se poser des questions, tout particulièrement pour les entreprises étrangères présentes sur le marché français ou dont une part conséquente des activités sont tournées vers la France.

Au terme de semaines de suspense intense, Emmanuel Macron remporta l’élection avec 58% des voix, s’assurant ainsi un second mandat présidentiel. Une victoire confortable, certes, mais pas un chèque en blanc

Marine le Pen et Emmanuel Macron

Quelles ambitions pour les cinq prochaines années ?

La réélection du Président Macron annonce une certaine continuité dans le changement. Il a de fait réaffirmé sa détermination à poursuivre les réformes nécessaires à l’émergence d’une société et d’une économie plus dynamique, attractives pour les investissements et terre d’innovation. Pour preuve, une nouvelle réforme des retraites figure parmi les premières initiatives du nouveau quinquennat : un sujet hautement clivant.

Revenant sur les trois secteurs au cœur de notre débat du 19 avril dernier, l’autonomie stratégique reste le maître-mot.

  • Défense : Le Président Macron entend continuer de jouer le rôle de moteur de l’organisation de la défense européenne et de la construction de capacités communes, et ce, au-delà de la Présidence française de l’Union européenne. A l’échelle nationale, le nouveau ministre des Armées, Sébastien Lecornu, s’évertuera à d’accroître le budget de la défense jusqu’à atteindre l’objectif des 2% du PIB d’ici à 2025, et allouera 3 Md€ supplémentaires aux armées. En outre, une proposition de loi (à l’étude à l’Assemblée nationale) prévoit un budget spécifique de 15 Md€ sur cinq ans pour la sécurité, dont la moitié dédiée à la cybersécurité et à la souveraineté digitale.
  • Energie : Changement majeur dans la structure du gouvernement, la transition écologique (concernant l’énergie et le climat) fait désormais partie des prérogatives de la première ministre. Une responsabilité de taille au niveau le plus stratégique de l’appareil politique. L’enjeu, dans le prolongement du « Plan REPower EU », est d’assurer une sécurité énergétique durable. Aussi, un budget annuel de 10 Md€ sera mobilisé pour accélérer le développement du solaire, de l’éolien (terrestre et en mer), de l’hydrogène vert ; pour l’électrification des transports ; et pour améliorer la performance énergétique du bâti. L’énergie nucléaire, quant à elle, demeure un pilier du mix énergétique français, puisqu’il s’agit d’allonger la durée de vie des centrales existantes et de construire jusqu’à 14 EPR (réacteurs de troisième génération).
  • Agroalimentaire : Changement notoire dans la dénomination du ministère, Marc Fesneau devient ministre de l’Agriculture et de la « souveraineté alimentaire ». Ce passionné de chasse vise d’abord à rassurer le monde agricole. Ses priorités comprennent rendre la filière plus attractive, améliorer la rémunération des agriculteurs, et promouvoir l’innovation grâce à la mise en œuvre du plan « France Agri-Tech », d’une valeur de 200 Mn€. Par ailleurs, un nouveau plan protéique visera une certaine souveraineté alimentaire, notamment concernant l’approvisionnement en protéines végétales.

A vos marques, prêts, … pas si vite !

Si la continuité est de mise, elle ne sera pas à toute épreuve. Certaines décisions du Président Macron ont déjà été motivées par un souci d’apaiser des électeurs désabusés et de déjouer les plans de ses opposants, bien décidés à contrecarrer ses ambitions lors des législatives. Quelques exemples : la nomination d’une femme de gauche au poste de première ministre, l’intégration de la transition écologique au cœur de son mandat, et un message fort en faveur d’un système scolaire inclusif au travers du nouveau ministre de l’Education, Pap Ndiaye.

L’enjeu est de taille, car si, d’aventure, la majorité des sièges de l’Assemblée nationale devait échapper au parti politique présidentiel, la France se dirigerait alors vers une Cohabitation. Fait rare mais nullement impossible, qui serait synonyme de difficultés à gouverner, voire de blocage politique.

Le Mercato politique bat son plein. Prochaine échéance : le second tour des élections législatives le dimanche 19 juin.

Partagez cette ressource
hague corporate affairs
actualités nouvelles

Pourquoi Paris ?

Pourquoi Paris ? Cela a dû être un déjeuner impressionnant pour un

hague corporate affairs

Restez informé

Suivez-nous