17 janvier 2022

Marion Banide

Quelles priorités pour la Présidence française Conseil de l’Union européenne ?

« Relance, puissance, appartenance », c’est sous ce triptyque que sont placées les priorités de la PFUE. Relance, pour signifier l’importance d’élaborer de nouvelles politiques européennes de croissance ; puissance, pour marquer le besoin d’autonomie stratégique de l’Union Européenne dans divers domaines ; et appartenance, pour réaffirmer le socle politique commun qu’est la citoyenneté européenne.

Le premier axe porte sur la souveraineté de l’Europe

La France portera, au cours de son mandat, une réforme de l’espace Schengen, la création d’un mécanisme de soutien intergouvernemental d’urgence quand un État fait face à une crise à ses frontières, mais aussi une meilleure organisation de l’Europe en matière de gestion de l’immigration.

Le chef de l’État a également annoncé qu’il souhaitait aboutir à une véritable politique de défense commune. Emmanuel Macron a souligné vouloir avancer sur la boussole stratégique, « un livre blanc européen de défense et de sécurité qui présentera l’état des menaces et fixera des objectifs et orientations communs ».

Le deuxième axe a trait « un nouveau modèle européen de production, de solidarité et de régulation ».

Emmanuel Macron espère tirer au niveau européen les leçons de la pandémie et accélérer les transitions numérique et climatique. Par rapport à l’idée « d’Europe verte », la PFUE doit permettre d’avancer sur les textes clefs qui fixent les objectifs de neutralité carbone pour 2050 et la réduction de 55% des gaz à effet de serre d’ici 2030. La mise en place du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières figure parmi les dossiers chers à la France pour conduire cette transition dans certains secteurs stratégiques et énergivores tout en préservant leur compétitivité. « Il s’agit d’avancer sur la mise en cohérence de nos politiques commerciale et climatique » a précisé le Président de la République.

Enfin, la PFUE sera l’occasion pour la France de convaincre ses partenaires de l’adoption d’un instrument européen de lutte contre la déforestation importée. Le président a aussi confirmé que les directives sur le salaire minimum européen et la transparence salariale entre hommes et femmes seraient des priorités.

Enfin, la France souhaite également une Europe plus numérique.

Depuis 4 ans, la France mène une stratégie efficace pour faire émerger des champions du numérique avec d’importantes levées de fonds et des incitations à la création de start-ups. Un des enjeux de la PFUE consistera à européaniser cette politique en mobilisant le budget de l’UE. De plus, il sera question d’élaborer un dispositif européen de taxation des multinationales, adopté à l’occasion du sommet du G20 fin octobre 2021.

Avec le Parlement, et la révision de deux textes pionniers sur la régulation des contenus et la responsabilité des plateformes en ligne (DSA et DMA), la France fera « en sorte d’éviter que les géants du numérique deviennent des monopoles sans règles et tuent l’esprit d’innovation », indique l’Élysée. Un régime de responsabilité des grandes plateformes du numérique sera défini et établi.

Vous souhaitez en savoir plus sur la présidence française de l'UE ?

Vous souhaitez rester informé des développements concernant la présidence française de l’Union européenne ? Inscrivez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur nos réseaux sociaux.

Partagez cette ressource
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
17 janvier 2022

Marion Banide

hague corporate affairs

Restez informé

Suivez-nous